DSC_0375

David Foenkinos 

La tête de l'emploi

Edition J'ai lu 

-

"ma carrière se retrouvait sur le paillasson de mon ambition"

A 50 ans, Bernard a une vie toute a fait correcte, un boulot dans une banque, une femme, une fille. Il pensait que tout continuerait ainsi. Nous suivons la vie vaine, creuse, qui a perdu tout sens de cette antihéros qui enchaîne les péripéties dépréciatives. 

David Foenkinos dépeint d'une très bonne façon la vie d'un travailleur, qui pense avoir des amis mais lorsqu'il perd  son travail, sa femme, tout le monde se détourne de lui, c'est là qu'il se pose des questions."Ceux qui trébuchent pendant leurs parcours sont vites broyés par l'oubli". Le roman est rédigé à la première personne du singulier, ce qui crée une connivence avec le lecteur, de plus le personnage se nomme Bernard ce qui "impose une sorte de familiarité tacite".Pour présenter les différents personnages, le narrateur utilise souvent des personnifications tel que: "on aurait dit la forme humaine de l'agonie".Un changement total va s'oppérer dans la vie de cet homme: "Auparavant je m'étais représenté la vie comme une irrésistible ascension. On progressait dans la connaissance des choses, dans l'expérience, et socialement bien sur. "Il va subir des moments de doutes: "Comment faire pour être souriant et combatif quand on est est en morceaux et rongé par l'incertitude?".

A notre époque, ou le chômage touche énormément de personnes, ce roman m'a paru très intéressant, très bien composé, simple et en même temps bien écris! J'ai vraiment aimé, a part le début,  l'analepse du début de sa vie qui je pense aurait pu etre encore plus expéditif. 

Liens:

Editions J'ai lu